Mythe : Il est difficile de trouver un emploi en techno.

Réalité

Dans l’économie numérique, le taux de chômage est d’à peine 2,9 %. Pour mettre ce chiffre en contexte, signalons que 14,5 % des jeunes de moins de 24 ans n’ont pas d’emploi et que 46,8 % des adolescents et des jeunes adultes travaillent à temps partiel (Statistique Canada, avril 2013). Dans un rapport de 2011-2012, l’Association canadienne de la technologie de l’information (ACTI) prévoyait que 106 000 emplois en technologies de l’information et des communications (TIC) ne trouveraient pas preneur au cours des 4 prochaines années.

Les entreprises canadiennes s’inquiètent de plus en plus de la pénurie de main-d’œuvre compétente en technologie de l’information (TI). Parmi les dirigeants principaux de l’information (DPI) interrogés par Robert Half Technology, 55 % affirment qu’il est devenu difficile de dénicher des professionnels compétents dans le domaine de la technologie. Ce rapport révèle en outre qu’au deuxième trimestre de 2013, 74 % des DPI canadiens prévoyaient embaucher du personnel à des postes de TI dans les 3 prochains mois et 7 % songeaient à grossir leurs effectifs.

La demande de spécialistes en technologie est élevée en Ontario, mais aussi au Québec, selon Sylvie Gagnon, directrice générale de TECHNOCompétences. Devant autant de données encourageantes, un avenir en techno semble réellement prometteur.

randomness