Adil Dhalla, Entrepreneur en TI

uqlTr1IBk48

Explorateur entrepreneurial

Cofondateur, My City Lives

Adil est le cofondateur de My City Lives, une application de pointe qui intègre des vidéos d’exploration à des plans Google.

« Le jour où nous avons payé le premier versement du loyer de notre bureau au Center for Social Innovation est une des réalisations dont je suis le plus fier depuis que j’ai cofondé My City Lives. Pour une entreprise en démarrage, c’est une étape très importante que d’arriver à payer le loyer. Quand on peut se passer des locaux empruntés, des cafés et du garage des parents, ça veut dire qu’on a réussi quelque chose. »

La carrière techno d’Adil

My City Lives (MCL) intègre la technologie de pointe à un concept humain fondamental, celui de collectivité. L’application reçoit les contenus vidéo téléversés dans le site par les membres d’une collectivité et elle permet de les géomarquer dans Google Maps, à partir d’un ordinateur ou d’un téléphone mobile. Fondées sur la technologie du GPS, les géomarques indiquent l’endroit précis où une vidéo a été tournée, un peu comme un croisement entre Google Street View et YouTube.

Si Google Street View nous montre l’extérieur d’un lieu, MCL nous permet d’explorer l’intérieur. Vous croyez connaître le meilleur endroit en ville où déguster une pointe de pizza? Vous enregistrez une vidéo, vous la téléversez dans MCL et vous autorisez les autres utilisateurs à visionner l’intérieur de cet emplacement. Les utilisateurs de MCL pourront ainsi s’aventurer dans divers cafés, restaurants, quartiers et parcs de Toronto et, éventuellement, un peu partout dans d’autres grandes villes. « Nous espérons jouer un rôle important dans la façon d’explorer et de découvrir divers endroits, que ce soit à des fins utilitaires (pour savoir où est le meilleur comptoir à hamburgers en ville, par exemple) ou pour faire des voyages virtguels », explique Adil.

L’idée de MCL est venue à Adil il y a trois ans, lors d’un séjour de bénévolat en Tanzanie, un pays d’Afrique de l’Est, où il a enseigné à des jeunes à se servir d’un ordinateur et d’Internet. Ses élèves lui demandaient souvent : « Frère Dil, à quoi ressemble Toronto? À quoi ressemble le Canada? »

« Je leur montrais des images et des articles sur notre ville, mais ils n’arrivaient pas à les lire. Je me suis dit : si je pouvais trouver un moyen de vous y amener moi-même et de vous montrer la tour du CN ou le centre de la ville, nous pourrions transformer la façon d’apprendre à connaître de nouveaux endroits. L’essence de My City Lives, c’est le transfert de connaissances entre des gens qui vivent dans des collectivités variées, aux quatre coins de la planète. »

Au quotidien...

Aujourd’hui, Adil parcourt l’Amérique du Nord pour établir des liens avec des investisseurs potentiels, établir des partenariats et nouer des relations qui favoriseront la croissance de son entreprise. Son approche et ses idées uniques ont attiré l’attention de gros bonnets du secteur technologique, ce qui l’a amené à séjourner sur la Côte ouest et dans Silicon Valley, le noyau technologique de l’Amérique. Il a visité le siège social de quelques-unes des plus grands sociétés de technologie au monde, dont Facebook et Google. L’un des moments forts de son séjour a été sa traversée du « Googleplex » sur un vélo de prêt pour rencontrer des membres de l’équipe d’Android. À Vancouver, il a fait de la planche aérotractée avec d’autres entrepreneurs et investisseurs en capital de risque.

En partenariat avec l’agence vidéo torontoise BizMedia, MCL a conçu une série de contenus exclusifs pour sa plateforme. Adil filme des événements comme le We Day, TEDxToronto, le Buskerfest et le festival d’art Nuit Blanche de Toronto, en plus de dresser le profil de quartiers entiers de la ville. Ces vidéos s’ajoutent à celles qui sont produites par les utilisateurs.

Adil réalise aussi des projets spéciaux comme la série Transit Mayor, un documentaire sur l’ex-maire David Miller, qui a dirigé la ville de Toronto pendant une période qu’il qualifie de particulièrement formative, décrit Toronto comme une des grandes métropoles du monde.

Pourquoi cet emploi est formidable

Adil est très fier de son travail et des perspectives d’avenir de My City Lives. « Le monde continue de s’urbaniser. Les possibilités de documenter, partager et célébrer les meilleurs aspects des villes n’ont jamais été aussi vastes », explique-t-il. MCL espère finir par se mondialiser afin de présenter les traits culturels particuliers d’un grand nombre de villes de tous les continents.

Cheminement

  • Adil a étudié l’histoire à l’Université Queens avant d’obtenir son MBA à l’Université Wilfrid Laurier.
  • Il a travaillé comme consultant dans un petit bureau de consultation et de marketing. Il a aidé à revamper le site Web de l’entreprise et à moderniser son infrastructure technologique.
  • Il a ensuite travaillé à New York chez Waterfront Media, le plus grand portail Web sur la santé au monde, où il a géré les relations de l’entreprise avec ses sociétés partenaires et contribué à les rentabiliser.
  • Pendant ses études de MBA, Adil a fondé TicketTrunk.com, une billetterie libre-service en ligne où chacun peut vendre des billets.
  • En 2009, il a cofondé My City Lives. Il dirige aujourd’hui une petite équipe de rêveurs et de développeurs.

Les défis du métier

L’entrepreneuriat est un défi et un risque, mais, d’après Adil, il faut toujours se rappeler que ce qui vaut la peine de réaliser n’est jamais facile. « Quand nous avons commencé, j’ai emprunté de l’argent à mes parents pour payer des factures. Mes parents sont mon meilleur soutien, mais ça me mettait mal à l’aise. J’ai fait des sacrifices pour réduire mes coûts et j’ai gardé le cap avec mes associés pour concrétiser notre vision. Heureusement, nous avons reçu une aide financière assez rapidement. »

Pour réussir, il faut être prêt à prendre des risques et à échouer sans jeter la serviette. « Les bons entrepreneurs sont de très mauvais lâcheurs. Ils finissent par avoir l’obsession de trouver un moyen de surmonter les obstacles. Ce qui me plaît beaucoup chez tous les entrepreneurs prospères que j’ai rencontrés, c’est qu’ils continuent d’essayer », dit Adil. 

Conseils pour réussir

  • Intégrez-vous à votre communauté d’entrepreneurs. Assistez aux rencontres et événements et consultez les sites comme sprouter.com. Cela vous aidera à faire la connaissance d’autres entrepreneurs de votre région. Ils pourront vous apprendre des trucs et même travailler avec vous.
  • Travaillez avec d’autres. « La plus grande leçon que j’ai apprise depuis que je suis un entrepreneur, c’est qu’on ne peut pas y arriver tout seul. La meilleure chose à faire, c’est de discuter avec d’autres personnes qui essaient de faire un peu la même chose que vous et de vous orienter avec eux sur une croissance positive. »
  • Prenez des risques. L’entrepreneuriat, ce n’est pas pour tout le monde : cela prend beaucoup de travail, d’engagement, de patience et d’appuis. Croyez à votre vision, entourez-vous d’appuis positifs et gardez le cap le plus longtemps possible.